NUNO JÚDICE 
BABEL E SIÃO

Não conheço outra verdade nesta terra
tão certa como a que diz o amor,
e que no peito o coração encerra
quanto mais o faz bater o calor.


E se a ouço dos teus doces lábios,
os mais belos que aqui conheço,
mais os amo, por serem tão sábios
e dizerem-me o que nunca esqueço.


Com o que me dizes respiro e vivo,
e por nada mais vivo e respiro,
nesta babilónia de céu furtivo,
com sião no horizonte que admiro.


GEOMETRIA VARIÁVEL  [ p.61 ]
BABEL ET SION

Je ne connais pas de vérité en ce monde
plus sincère que ce que l’amour révèle,
et que le cœur retient à jamais et féconde
lorsque, enflammé, il bat de plus belle.


Et si je l’entends dire par tes lèvres exquises,
ô bouche, incomparable beauté,
avec tant d’adresse le feu tu attises
et j’apprends la leçon que tu m’as enseignée.


Bercé par tes paroles, je respire et je vis,
et pour rien d’autre je ne vis et respire,
dans cette babylone aux ciels infinis,
avec dans le paysage sion que j’admire.


GÉOMÉTRIE VARIABLE  [ p.61 ]
2005 — Éditions Dom Quixote 2006  ©  CDM traduction
< page précédente   page suivante  >